VIDÉO. Le récit glaçant de Julien Pearce, journaliste, rescapé du Bataclan

0
1584

BATACLAN – Julien Pearce, journaliste chez Europe 1, était au Bataclan vendredi 13 novembre. Il était là pour assister au concert d’un groupe qu’il aime. Il s’est retrouvé en « enfer ».

Reporter depuis quatre ans au sein d’Europe 1, Julien Pearce fait partie des rescapés de la tuerie qui a eu lieu dans la salle de concert du 11e arrondissement. Samedi matin, il était l’invité de sa propre station de radio. Et le journaliste a ému en délivrant un témoignage aussi détaillé que poignant de « l’enfer » qu’il a vécu aux côtés d’inconnus dans un lieu de fête devenu « un piège » .

« J’ai mis quelques secondes à réaliser que c’était des coups de feu car les lumières se sont allumées tout de suite, a débuté Julien Pearce. J’ai cru à un effet pyrotechnique, à des pétard, que sais-je. Et c’est en me retournant, en voyant les assaillants, qui avançaient vers nous et qui tiraient avec leurs kalachnikovs, des rafales, de manière aléatoire dans la foule. On s’est immédiatement mis à terre pour être moins exposés… »

« Très rapidement il y a eu un mouvement de panique, tout le monde voulait sortir de ce piège, poursuit le journaliste qui explique que les terroristes sont arrivés dans le dos du public. Les personnes ont commencé à marcher sur les corps enchevêtrés à terre pour se protéger. Ces personnes là ont été immédiatement prises pour cibles par les terroristes parce qu’elles étaient debout. »

Julien Pearce précise qu’il s’est déplacé à chaque fois que les terroristes rechargeaient. De la fosse à une salle près de la scène, de cette salle à la sortie.

Avant de quitter le Bataclan, il décrit un dernier regard vers la fosse: « J’ai vu des dizaines et des dizaines de corps enchevêtrés, criblés de balle, dans une marre de sang », confie-t-il avant de décrire une nouvelle scène d’horreur dans la rue de Charonne.

« J’ai vu des corps transpercés par des balles ». Glaçant.

Son témoignage a été recueilli par plusieurs médias français mais aussi internationaux comme ici CNN.

Via: Le Huffington Post

loading...
PARTAGER SUR