Formant un couple parfait, Doug et Melanie Pritchard habitent aux États-Unis. Beaux, jeunes, en bonne santé, ils s’aiment éperdument. Vivant avec le fils de Doug, ils sont fous de joie lorsqu’ils apprennent que Melanie est enceinte. À ce moment, ils étaient bien loin de s’imaginer que le plus beau jour de leur vie deviendrait un véritable cauchemar.

La grossesse de Melanie se passe bien, et après neuf mois, Doug la conduit à l’hôpital pour qu’elle puisse accoucher. Mais alors que le travail commence, la situation autour de la naissance de leur fille devient hors de contrôle.

Souffrant d’une embolie amniotique, un accident rare mais extrêmement grave, Melanie entre en hémorragie interne et tombe en détresse respiratoire. Ses poumons ne fonctionnent plus et son cœur s’arrête. En à peine quelques minutes, elle meurt en donnant la vie à sa fille.

Les médecins font tout ce qui est en leur pouvoir pour sauver le bébé et pratiquent une césarienne, parvenant à extraire le nourrisson, miraculeusement en parfaite santé. Doug est à la fois soulagé par la naissance et dévasté par la mort de son épouse.

« Ma femme est cliniquement morte quand notre fille est née. J’ai pensé « Je suis veuf. » Et nous n’étions mariés que depuis trois ans. » se souvient-il.

Doug appelle alors le frère de Melanie, un chirurgien cardiaque. Celui-ci opère sa sœur et son cœur se remet à battre ! Toutefois, elle n’est pas hors de tout danger, et malgré les soins qui lui sont apportés, son état empire.

Un aumônier est appelle pour prodiguer les derniers sacrements à Melanie et toute la famille se rassemble afin de prier pour elle et lui faire leurs adieux. Doug ne parvient pas à se résigner à la quitter et dans un sursaut d’espoir, il lui dit à l’oreille : « S’il te reste ne serait-ce qu’une once de force pour te battre, alors, bats-toi ! »

Et Melanie l’a entendu. Au bout de quelques heures, son état s’améliore, mais les médecins estiment que sa survie lui entraînera de graves complications neurologiques. Pourtant, ni médicaments, ni respirateur artificiel ne lui sont nécessaires après peu de temps. Une semaine après cet accouchement riche en péripéties, elle peut rentrer chez elle, sans complications sur sa santé et peut enfin profiter de son mari et de sa fille Gabriella Cecilia.

« Ce moment était empli de souffrances, mais je le referais si je le pouvais, je suis bénie de pouvoir voir cet enfant merveilleux, drôle et mignon chaque jour » écrit la jeune maman sur sa page Facebook. Depuis, elle vit en excellente santé avec son mari, son fils et leur fille, consciente qu’elle est une miraculée !

Voyez ici quelques photos de cette histoire digne d’un miracle:

Melanie Pritchard

loading...
PARTAGER SUR