Toto se promène dans la rue avec son papa. Ils passent devant une maison bizarre, avec des fenêtres aux tentures fermées, des néons dans l’entrée, etc.
– Papa, c’est quoi la maison, là ? Hein papa, c’est quoi ?
Le papa, ennuyé :
– Ce n’est rien, ce n’est pas pour les petits garçons sages. Tu sauras plus tard ce que c’est. Viens, on continue la promenade.

Revenu à la maison, Toto ne peut résister à la curiosité. Profitant d’un manque d’attention de son papa, il prend un billet de 200 euros dans le portefeuille familial et sort discrètement. Quelques minutes plus tard, il est dans le hall de la grande maison avec des tentures et des néons colorés. Une dame en petite tenue se tient derrière un comptoir.
– Bonjour Madame, excusez-moi de vous déranger : Voici 200 euros, et j’en voudrais pour mon argent !

La dame, ennuyée, demande à Toto de patienter quelques instants. Elle se rend dans une pièce à l’arrière où se trouve le « patron ».
– Dis, Giuseppe, il y a un gamin à l’entrée ; il m’a donné 200 euros et il m’a dit qu’il en voulait pour son argent. Qu’est-ce que je fais ?
– Il est sans doute victime d’une blague de copains plus âgés… Tu te souviens des crêpes qu’on a faites avant-hier. Il y en a encore quelques-unes au frigo. Réchauffe-les en vitesse, donne-les lui et rends-lui 195 euros. Il sera content et il partira. La dame s’exécute, amusée…
Revenu à la maison, Toto tombe sur un papa furieux. Il le cherche partout depuis une heure et il s’est aperçu du vol dans son portefeuille :
– Toto, où étais-tu ?
– J’étais dans la grande maison avec des tentures et des lampes de toutes les couleurs.
Le papa, très inquiet et craignant le pire pour l’innocence du fiston :
– Et qu’est-ce que tu as fait dans cette maison ?
– Papa, c’était fantastique ! Quel service ! J’ai donné 200 euros, on m’a rendu 195 euros. J’en ai eu 8, et il y en a 4 qui étaient tellement chaudes que j’ai du les finir sur le trottoir !

loading...
PARTAGER SUR