Quand on a un chien, on n’échappe pas aux léchouilles ! C’est peut-être un signe d’affection adorable, mais selon des professionnels de la santé, ce n’est pas l’idée du siècle de les accepter.

John Oxford, professeur en virologie et bactériologie au Queen Mary University de Londres, a récemment expliqué « qu’il ne s’agit pas uniquement de ce que la salive peut transmettre. Les chiens passent la moitié de leur vie à se promener le museau dans des coins peu ragoûtants ou à renifler les besoins d’autres chiens, alors leurs museaux sont pleins de bactéries, germes et virus en tous genres. »

Une femme du Royaume-Uni a contracté une infection suite à un contact avec la salive de son lévrier italien et a séjourné à l’unité de soins intensifs d’un hôpital pendant des semaines, suite à des défaillances de ses organes.

Elle discutait au téléphone avec un proche qui, en entendant son ton très empâté, lui a conseillé d’appeler une ambulance. Lorsque les secours sont arrivés, elle était affalée dans son fauteuil, en train de perdre conscience. Elle n’a repris conscience qu’une fois à l’hôpital et son état s’est amélioré peu à peu. Elle n’avait aucun autre symptôme sauf un mal de tête carabiné la veille.

Quatre jours plus tard, son état s’est empiré. Confuse, elle souffrait de maux de tête, de diarrhée, de fièvre et d’insuffisance rénale. Son foie avait du mal à fonctionner adéquatement et elle avait des difficultés à respirer.

On l’a alors transportée aux soins intensifs. Elle souffrait visiblement de sepsis, une infection généralisée.

Des analyses sanguines ont démontré la présence d’une bactérie, la Capnocytophaga canimorsus. Même si elle est rare, on la retrouve dans la bouche de chats et chiens. Sans marque de griffure ou morsure, il ne reste que la léchouille comme vecteur de transmission.

Même si la dame est âgée de plus de 70 ans, elle n’avait aucune dysfonction immunitaire. Elle a passé deux semaines aux soins intensifs, sous traitement antibiotique.

« Seulement 13 cas ont été rapportés au Royaume-Uni, et je pense à une échelle semblable pour les États-Unis, » disait Shelley Rankin, professeur de microbiologie à Penn Vet. « Pour les animaux, cette bactérie est normale dans la flore de la bouche des chiens. »

Le chef des maladies infectieuses de North Shore University Hospital, le Dr. Bruce Farber, ajoute « La dernière chose que vous voulez faire est alarmer les gens qu’ils seront infectés s’ils se font lécher ou embrasser par un chien. »

Il y a peut-être des choses qui pourraient être dangereuses pour vous dans la bouche de votre chien, soyez vigilant. 

loading...
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE